Maroc-Inde: main dans la main contre le covid 19

Maroc-Inde: main dans la main contre le covid 19

- in Politique, Société
161
0
ambassadeur Inde

L’Inde, l’un des principaux pays producteurs de produits pharmaceutiques en Afrique ainsi que sur les marchés développés de l’UE et des États-Unis délivre au Ministère marocain de la Santé une licence d’exportation pour 6 millions de comprimés de Sulfate d’Hydroxychloroquine fabriqués par une société indienne IPCA Laboratories Pvt.

La coopération entre les deux pays ne date pas d’hier et ne se limite pas seulement aux importations.En effet, les deux pays ont signé un Protocole d’Accord de Coopération dans le domaine de la santé en décembre 2017 et de grandes firmes pharmaceutiques indiennes telles que Sun Pharma et CIPLA fabriquent les médicaments au Maroc et contribuent, depuis quelques années déjà aux soins de santé des marocains.

Mais alors que son utilisation dans le cadre du traitement du coronavirus fait encore polémique, le Maroc maintient son protocole médical à base de chloroquine contre le covid 19. Et dans sa lutte, il vient de recevoir l’importation de 6 millions de comprimés d’hydroxychloroquine pour satisfaire ses besoins.

Selon Shambhu Santha Kumaran, ambassadeur de l’Inde à Rabat, son pays est prêt et souhaite travailler avec le Maroc dans tous les domaines qui l’intéresse dans le secteur de la santé à moyen et à long terme .

« Nous avons plusieurs domaines de complémentarité, couvrant les services de santé, les diagnostics, les produits pharmaceutiques, etc. qui peuvent être explorés. De plus, il serait magnifique si nous pourrions mettre à la disposition du peuple marocain des médicaments ayurvédiques traditionnels indiens. Nous pourrions commencer par les nutraceutiques ayurvédiques, dont certains ont un grand pouvoir de renforcement de l’immunité. » a déclaré l’ambassadeur dans une interview accordé à challenge.ma.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Nos villes ont d’abord besoin d’un organigramme!

Mais pourquoi nos villes n’arrivent pas à trouver