Tunisie, l’imbroglio politique…

Tunisie, l’imbroglio politique…

- in Uncategorized
292
0
Rashed El-Ghannouchi est une nouvelle fois sur la sellette. Cinq groupements parlementaires se mobilisent pour le destituer de la présidence de la chambre des représentants.
Menées par le parti Destourien Libre (PDL), l’ennemi juré des islamistes, ces formations chargent le patron du Mouvement d’Ennahada pour plusieurs griefs dont la mauvaise gestion de l’instance parlementaire, le dépassement de ses prérogatives, des infractions au règlement intérieur de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), mais aussi et surtout pour ses accointances avec le mouvement des « Frères musulmans ». Au décompte, 73 députés ont signé la motion de destitution.
Soit plus du tiers exigé par le règlement intérieur de l’Assemblée. Toujours est-i qu’il va falloir attendre un vote en plénière, 109 voix sont exigées, pour que la destitution soit effective. Les tensions sont claires, et rien n’indique qu’elles s’apaiseront sans « casse ».
Plus encore, El-Ghannouchi est même accusé de mener « un putsch contre la constitution ». En guise de réaction, les « frères » d’El-Ghannouchi tentent, tant bien que mal, de jouer « la carte de la diversion », et ce en s’en prenant au chef de gouvernement. Ennahda estime, en fait, qu’Illyas El-Fakhfakh serait en position de « conflit d’intérêts » et, du coup, demandent de le mettre au pas, alors même qu’ils lui avaient accordé la confiance.
Pour ce faire, E-Ghannouchi a été chargé par le conseil de la choura, de mener des concertations avec les formations politiques et la présidence de la République pour installer un nouvel Exécutif. Mais, d’ores et déjà, l’appel est tombé dans les oreilles d’un sourd. En effet, ce lundi 13 juillet, Kaïss Essaied a signifié une fin de non-recevoir à Ennahda. Le président tunisien a clairement indiqué qu’il n’entend pas entamer de négociations pour le retrait de confiance d’El-Fakhfakh. Les gesticulations des islamistes ne semblent pas tenir face à la fermeté de la présidence.

Par Gadi Abdelhadi

 

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Nos silences d’antan !

Dans ce visage nu de l’absence un désert