Un océan nous sépare…

Un océan nous sépare…

- in Je dis ça...Je dis rien
415
0

Le Maroc est le fruit de longs siècles d’histoire qui a permis aux Marocains de convenir très tôt, d’un contrat social. La conscience historique qui s’est formée est mère d’une cohésion manifeste dans les grands tournants de l’histoire de notre pays. Une cohésion qui a fait de la lutte pour les intérêts suprêmes de la nation une valeur intrinsèque de tous les Marocains.

Le printemps arabe au Maroc en est la preuve et la Constitution de 2011 l’illustration.

La Constitution de 2011 où le mot « Liberté » est cité trente-six fois, « Démocratie » vingt et une fois et « Femme » six fois contre une dans la Constitution de 1996.

Certes, il aurait fallu d’innombrables efforts pour faire évoluer les mentalités et réussir le changement. Et cela pouvait se faire. Avec un travail acharné et des leaders qui soutiennent.

Mais, vous n’y a avez pas cru! Au fond, vous êtes restés hors du temps du Maroc et des Marocains.

Quand le Marocain parle de sa dignité, vous évoquez la morale. Quand un scandale éclate dans vos rangs, vous accusez les forces citoyennes de ce pays de déchaînements injustes envers votre formation.

Cette morale dont vous parlez, vous est-t-il arriver de la croiser ? Parce que les Marocains, eux, en ont toujours eu.

Le pire des voyous se calme dès que sa mère est à l’horizon. Les plus démunis des quartiers manifestent leur solidarité dès qu’un voisin traverse un moment difficile. Et l’on sait se pardonner et se tolérer entre marocains même quand le désaccord est profond.

Le Marocain, lui, a évolué comme tout humain digne de ce qualificatif et vous ne vous en êtes même pas rendu compte.

Logique, votre temps n’est pas le nôtre.

Personne n’oeuvre contre vous, mais comprenez que vos règles ne conviennent pas aux Marocains. Vous avez eu deux chances au lieu d’une. Et les Marocains, aujourd’hui, sont inquiets et vous gardent à l’oeil de peur que l’oubli ne fasse des urnes votre porte- bonheur cette fois encore.

Rendez-vous compte qu’aujourd’hui tout le monde a compris qu’il s’agit bien d’un océan entre nous…

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Nos villes ont d’abord besoin d’un organigramme!

Mais pourquoi nos villes n’arrivent pas à trouver