10 octobre, un jour après !

10 octobre, un jour après !

- in Chroniques citoyennes
203
0

A défaut d’actions effectives en faveur des femmes marocaines, le chef de gouvernement ne pouvait étayer de réalisations concrètes en cette journée du 10 octobre. Saâdeddine el-Othmani s’est contenté, devant micros et caméras, de ressasser les formulations d’usage. Jugez-en vous-même. Le gouvernement veille à assurer un environnemental culturel, social, juridique et économique favorable à l’autonomisation des femmes et des filles. Sans plus. On est dans un schéma discursif qui reproduit des chapelets de voeux, sans dire ce qui a été entrepris ou ce que les détenteurs de la décision prévoient d’entreprendre pour faire évoluer la situation des femmes marocaines, qui célébraient leur Journée Nationale..!
Sur les dernières années, il faut plutôt parler de stand-by que d’évolution réelle. Des involutions même.
Dans ce chapitre tout comme sur d’autres volets de la vie en société.
Et ce n’est pas pour remuer le couteau dans la plaie qu’on se rappelle de la fameuse qualification des femmes en tant que « lustres de la maison ». Or, il paraît que les lignes n’ont pas bougé depuis.
Les départements en charge directe du dossier ont brillé par leur « paresse ». Rien de spécial à signaler.
Même le tout récent document du HCP, relatif à la place des Marocaines sur le marché de l’Emploi, ne semble les émouvoir.
Ce dimanche 11 octobre, c’était la journée internationale de la Fille. On n’en parle presque pas.
Le tout donne l’impression que dans les milieux de la décision, on fait dans le « minimum syndical ».
Une apparition. Deux ou trois phrases de circonstance. Et on va vaquer à autre chose. Avec, malheur des malheurs, le sentiment du « devoir accompli ».

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Skira candidat aux prochaines élections !

Dans le hall de l’hôtel, Simon Haim Skira