La Russie durcit sa loi pour stopper des ONG susceptibles de menacer «les valeurs de l’Etat russe»

La Russie durcit sa loi pour stopper des ONG susceptibles de menacer «les valeurs de l’Etat russe»

- in International
68
0

L’ex-directeur d’une ONG basée au Royaume-Uni a été interpellé en Russie, en vertu d’une loi visant les organisations «indésirables».Une démarche qui s’inscrit dans la lutte des autorités contre les tentatives de déstabilisation étrangère.

 

Le 31 mai, Andreï Pivovarov, ancien directeur de l’organisation Open Russia, visé par une affaire criminelle pour «participation aux activités d’une ONG étrangère reconnue comme indésirable», a été interpellé à Saint-Pétersbourg. Il a été placé en détention provisoire pour deux mois. Comme d’autres auparavant, cette nouvelle affaire, qui suscite des réactions indignées au sein de l’opposition, découle de l’application d’une loi de 2015 qui cible certaines ONG étrangères.

Qu’est-il reproché exactement à ces organisations et dans quel but les parlementaires russes ont-ils adopté cette loi ? Pourquoi une telle loi ?

Basée au Royaume-Uni, l’organisation Open Russia, fondée par l’homme d’affaires en exil Mikhaïl Khodorkovsky, fait partie depuis 2017 de la liste des ONG étrangères dont «les activités sont indésirables sur le territoire russe». Cette menace est prise très au sérieux par la Fédération : en avril dernier, la justice russe avait déclaré 12 nouvelles ONG «indésirables», le procureur général Igor Krasnov pointant du doigt des tentatives venues de l’étranger «d’influer sur la situation sociale et politique du pays».

la Russie a voulu, comme pays souverain, protéger son espace intérieur.

Les députés qui défendaient cette loi avaient invoqué le besoin de stopper les «organisations destructrices» travaillant en Russie, susceptibles de menacer «les valeurs de l’Etat russe» et de fomenter des «révolutions de couleur» – en référence aux révoltes soutenues par l’Occident dans des pays d’ex-URSS.

Pour rappel, cette loi  avait été promulguée suite au coup d’Etat du Maïdan en Ukraine [en 2014], dans lequel les ONG étrangères ont joué un rôle non négligeable de travail en profondeur de la société ukrainienne, la Russie a voulu, comme pays souverain, protéger son espace intérieur.

Pour cela, elle a repris dans les grandes lignes la législation américaine, dite loi FARA [Foreign Agents Registration Act]». Le vote de cette loi avait soulevé de vives critiques, notamment de la part d’ONG et d’organisations internationales : Amnesty International avait ainsi dénoncé le «dernier chapitre dans la répression sans précédent contre les organisations non-gouvernementales».

Ce que prévoit la loi de 2015

Cette loi de 2015 prévoit que «l’activité d’une organisation non gouvernementale étrangère ou internationale, représentant une menace pour les fondements constitutionnels de la Fédération de Russie, la capacité de défense du pays ou la sécurité du gouvernement, puisse être reconnue indésirable». Partant, elle donne aux autorités la possibilité d’interdire les ONG concernées et de poursuivre leurs employés, qui risquent jusqu’à six ans de prison et peuvent se voir interdire l’entrée sur le territoire russe. Elle permet également de bloquer les comptes bancaires des structures incriminées ainsi que leur accès aux médias, tandis que les organisations russes recevant des fonds d’organisations jugées indésirables devront rendre compte de leurs actes.

Une loi permettant donc de mettre en lumière les liens de certaines ONG œuvrant en Russie avec des acteurs étrangers, selon Karine Bechet-Golovko : «La politique est une affaire intérieure de chaque société et de la population de ces sociétés.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Les leaders politiques à l’épreuve des urnes !?

Nombreux ou pas, il y a certainement pas