Comprendre la relation entre le Maroc et les Émirats arabes unis

Comprendre la relation entre le Maroc et les Émirats arabes unis

- in International
159
0
Les relations entre le Maroc et les Émirats arabes unis continuent de se renforcer. Depuis que les EAU ont décidé d’ouvrir un consulat à Laayoune, devenant ainsi le premier pays arabe à le faire, les liens entre les deux pays n’ont fait que se resserrer.

La société émiratie « Masdar », l’une des principales entreprises mondiales dans le domaine des énergies renouvelables, a mis en place, en partenariat avec l’Office national de l’électricité et de l’eau potable, un projet de systèmes solaires domestiques, pour installer près de 20 000 systèmes d’énergie solaire domestiques dans plus de plus de 1 000 villages marocains.

Les Émirats arabes unis sont actuellement intéressés par le développement du projet de centrale « Noor Midelt », qui a une capacité de production de 800 MW, qui est le premier projet de centrale solaire hybride avancée au monde qui utilise une combinaison d’énergie solaire photovoltaïque et solaire concentrée.

Le partenariat maroco-émirati est fort dans plusieurs domaines, en particulier l’énergie propre, car les Émirats arabes unis ont apporté leur soutien continu aux efforts du Maroc dans ce domaine, et le Royaume du Maroc s’est imposé comme un pionnier dans l’utilisation des énergies renouvelables. a fourni près de 40% des besoins en électricité du Royaume.

Les Émirats arabes unis ont été les premiers en termes de volume d’investissements arabes au Maroc depuis 1976, et ses investissements dans le Royaume ont dépassé 20 milliards de dollars dans de nombreux secteurs stratégiques, notamment l’énergie, les minéraux, les infrastructures, les communications, le tourisme, l’immobilier, l’agriculture, Et services.

En 2020, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays frères en produits non pétroliers s’élevait à près de 2,2 milliards de dollars.

Le Fonds d’Abou Dhabi pour le développement a contribué au financement de 82 projets au Maroc, d’une valeur d’environ 2,45 milliards de dollars.

En outre, la société émiratie « TAQA », qui a implanté la centrale thermique dans la région de Jorf Lasfar, est le principal fournisseur de l’Office national de l’électricité et de l’eau, couvrant plus de 50% de la demande intérieure en électricité du Royaume.

Ces chiffres et données confirment que le Maroc et les Émirats arabes unis ont de nombreuses opportunités de partenariat dans de nombreux projets qui ouvrent de nouveaux domaines de coopération.

Il y a une nette tendance de la part des dirigeants des deux pays à élargir plus largement le partenariat émirati-marocain, car il existe des directives de la part des dirigeants des Émirats arabes unis pour que les institutions et les entreprises émiraties aillent dans cette direction, afin que les Émirats arabes unis soient un partenaire stratégique du Royaume du Maroc dans la transformation du secteur de l’énergie, et pour discuter des opportunités d’investissement dans l’énergie traditionnelle, le gaz liquéfié, les stations de distribution, les projets d’énergie renouvelable et d’autres domaines prometteurs pour une croissance économique durable.

Il y a plusieurs appels d’activistes des deux pays aux secteurs gouvernemental et privé du Royaume du Maroc et des Émirats arabes unis pour travailler au développement et au renforcement des partenariats existants entre Rabat et Abou Dhabi, afin d’explorer les opportunités de partenariat et de coopération dans de nouveaux domaines. entre les deux pays.

Au vu des grandes fluctuations des marchés de l’énergie dans le monde… et dans une large mesure… sans précédent, il y a une tendance émirati-marocaine à coopérer dans le domaine de l’énergie à travers la décision des Émirats arabes unis de soutenir le Maroc dans le domaine de l’exploration et l’exploitation de gaz liquéfié prometteurs sur son territoire, et la mise L’expérience émiratie est à la disposition du Royaume du Maroc.

Outre les turbulences géopolitiques mondiales actuelles, la raison de ces fluctuations des marchés de l’énergie est due à la baisse des investissements à long terme dans le secteur des combustibles fossiles, ce qui entraîne des pénuries d’approvisionnement et d’approvisionnement.

Selon un rapport du Forum international de l’énergie, les dépenses mondiales consacrées aux projets pétroliers et gaziers ont chuté de 30 % en 2020 pour atteindre 309 milliards de dollars, puis se sont légèrement améliorées en 2021.
Les Émirats arabes unis ont été le premier pays arabe à décider d’ouvrir un consulat dans la ville d’El-Ayoun, dans le sud du Maroc, en signe de soutien à la souveraineté du Maroc sur son Sahara.

À la Marche verte, que feu le roi Hassan II a appelée en 1975 pour libérer le Sahara du colonialisme , les Émirats arabes ont participé fortement et avec une représentation au plus haut niveau.

Cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, prince héritier d’Abu Dhabi, était le plus jeune participant à la Marche verte, à seulement 14 ans.

Le lien émirati avec le Royaume du Maroc dans sa première émission nationale a été continu au fil des ans, de sorte que les Émirats arabes unis sont l’un des premiers pays à soutenir la position marocaine concernant le dégagement du passage de Guerguerat, lors de l’obstruction de la circulation civile et commerciale dans par le Front Polisario.

Le Maroc, pour sa part, a exprimé à plusieurs reprises son soutien à son allié, les Émirats arabes unis et à son intégrité territoriale, pour restaurer ses trois îles occupées par l’Iran, Tunb al-Sughra, Tunb al-Kubra et Abu Musa.

En novembre de l’année 2020, les Émirats arabes unis ont annoncé, par l’intermédiaire de leur ministère des Affaires étrangères, leur soutien au mouvement militaire initié par le Royaume du Maroc au poste frontière de Guerguerat avec la Mauritanie.

Le Maroc et l’État des Émirats Arabes Unis (EEAU) ont souligné, à Abu Dhabi, leur attachement à l’action arabe commune fondée sur des bases de solidarité et de coopération effective, de sorte à servir les questions arabes en harmonie avec le respect de la souveraineté nationale et l’intégrité des pays.

Dans un communiqué conjoint rendu public à l’issue d’entretiens entre le président de la Chambre des conseillers, Naama Mayara et le président du Conseil national fédéral des Émirats arabes unis, Saqr Ghobash, les deux parties ont insisté que l’action arabe commune constitue un cadre adéquat pour la consolidation des piliers de la stabilité et du développement dans la région.

Ils ont également relevé la nécessité de poursuivre la coordination entre les deux institutions dans le cadre du Forum du dialogue parlementaire Sud-Sud, lancé récemment à Rabat, à travers l’Association des sénats, choura et conseils équivalents d’Afrique et du monde arabe (ASSECAA), la consolidation de l’ouverture sur les unions parlementaires régionales et internationales, ainsi que le renforcement des liens entre l’ASSECAA et les Parlements d’Amérique latine et des Caraïbes.

Les deux parties ont, en outre, appelé au renforcement de l’ouverture des deux institutions sur l’ensemble des initiatives communes qui sont à même de consolider les relations institutionnelles et les hisser à un niveau de partenariats productifs.

A cet égard, les deux institutions ont mis en avant l’importance de poursuivre le renforcement des relations de coopération parlementaire d’exception les unissant, à travers l’échange de visites et d’expertises, la poursuite du dialogue fructueux en s’appuyant sur le groupe de fraternité parlementaire, afin d’unifier les visions stratégiques pour la réalisation du développement durable et la promotion de la paix, la stabilité et la cohabitation sur les plans régional et international, insistant sur l’intensification de la coordination et la consultation entre les deux Conseils dans les différentes instances parlementaires régionales et internationales, sur les questions d’intérêt commun, en vue de réaliser une complémentarité et la convergence des points de vue entre les deux pays .

Les Émirats arabes unis vont céder au Maroc une partie de leur flotte de 68 avions de combat Mirage 2000-9.

Les Emirats arabes unis vont transférer des Mirage 2000-9 au Maroc, fait savoir El Español, rappelant que le pays avait signé en 2017, pour un montant de 300 millions d’euros, un contrat de modernisation d’une soixantaine de ces avions de combat avec Dassault Aviation.
Toutes les indications montrent que les EAU considèrent le Maroc comme un partenaire économique et stratégique important dans la région, et ces avions de combat viendront renforcer la flotte aérienne marocaine.

Les relations maroco-émiraties connaissent des sauts qualitatifs et des évolutions dans divers domaines, sous les directives des dirigeants des deux pays.

Le marché marocain est très prometteur pour les investisseurs du monde entier, et offre de belles opportunités aux investisseurs émiratis dans plusieurs domaines, notamment dans la région du Sahara marocain, qui est aujourd’hui la porte d’entrée du commerce vers la région sahélo-saharienne et toute l’Afrique à travers la porte Guerguerat.

Les experts des relations émirati-marocaines des deux pays appellent les secteurs privé et public des deux pays à tirer parti des relations bilatérales distinguées qui unissent le Maroc et les Émirats arabes unis, en particulier les solides relations personnelles qui unissent les dirigeants des deux pays.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may also like

Comprendre la relation entre le Maroc et les Émirats arabes unis

Les relations entre le Maroc et les Émirats