La flambée des prix alimentaires pèse lourd sur les Marocains pendant le Ramadan

La flambée des prix alimentaires pèse lourd sur les Marocains pendant le Ramadan

- in opinions et débats
246
0

Saad Guerraoui

Les Marocains peinent à faire face aux prix élevés des fruits et légumes pendant le Ramadan malgré la promesse du gouvernement de préserver leur stabilité.

RABAT – Les Marocains ont accueilli le mois sacré du Ramadan avec une flambée des prix des produits alimentaires malgré la promesse du gouvernement de préserver leur stabilité.

Le Premier ministre Aziz Akhannouch a déclaré jeudi que le gouvernement a pris toutes les mesures nécessaires pour renforcer l’approvisionnement et le stock de produits de base afin de garantir un approvisionnement normal des marchés pendant le Ramadan.

Akhannouch a assuré que l’approvisionnement des marchés « se déroule dans des conditions normales », a indiqué le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, lors d’un point presse.

Akhannouch a réitéré son appel aux ministres de l’intérieur, de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, de l’industrie et du commerce et de l’économie et des finances, en vue d’une mobilisation générale de leurs services pour préserver la stabilité des prix de la divers produits de consommation, pour assurer le suivi quotidien des marchés durant ce mois béni et renforcer la surveillance et le contrôle, tout en sévissant fermement contre les spéculateurs.

Mais la réalité sur le terrain raconte une autre histoire. De nombreux fruits et légumes, qui coûtaient moins de 5 Dh le kilo, ont vu leur prix tripler ces derniers mois.

Avec des tomates coûtant 10 à 12 Dh/kg, des oignons 14 Dh/kg et des pommes de terre 8 Dh/kg entre autres, les Marocains sont sur le point d’avoir un Ramadan inflationniste difficile.

« Comment se fait-il que les prix des tomates et des oignons soient devenus si élevés dans un pays agricole qui exporte des fruits et légumes alors que son propre peuple a du mal à joindre les deux bouts, en particulier pendant le Ramadan durant lequel la consommation alimentaire atteint son paroxysme? », a demandé Aziz, un coiffeur à Meknès.

La deuxième chaîne de télévision marocaine 2MTV a diffusé le premier jour du Ramadan un bref reportage sur ses infos les acheteurs évoquant l’abondance de produits de consommation sur le marché, mais n’a pas signalé les prix élevés des produits alimentaires.

« Ce que vous voyez aux informations est complètement éloigné de la réalité. Même les familles de la classe moyenne ont maintenant du mal à faire face à la flambée des prix alimentaires,  » a déclaré Imad Kennou, un fonctionnaire de 50 ans.

« Les portions seront certainement plus petites pour nourrir ma famille car l’argent a beaucoup perdu de sa valeur », a-t-il ajouté.

L’inflation a de nouveau augmenté à 10,1% sur un an en février 2023, tirée par les prix alimentaires qui ont bondi de 20,1%, selon les chiffres du Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Les fortes hausses de prix de plusieurs produits alimentaires et principalement ceux des légumes ont largement contribué à ce rebond.

La banque centrale a relevé son taux directeur de 50 points de base à 3%, la deuxième hausse en six mois, dans le but d’endiguer la flambée de l’inflation.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Papy Ziane pendant sa grève de la faim, mange comme dix!

Saïd Bou-Ayach 1-Décidément, la bande de twabria est