Moussem d’Assilah: « Verticla-In », une exposition de Khalid El Bekay qui célèbre le bambou

Moussem d’Assilah: « Verticla-In », une exposition de Khalid El Bekay qui célèbre le bambou

- in Société
59
0

Le vernissage de l’exposition « Vertical-In » de l’artiste maroco-espagnol, Khalid El Bekay, a eu lieu, mercredi soir à la galerie du Centre Hassan II des rencontres internationales d’Assilah, l’occasion de célébrer les cannes de bambou.

Cette 2è exposition individuelle de Khalid El Bekay, dans le cadre du Moussem culturel international d’Assilah, donne à voir les dernières oeuvres créées par ce talentueux artiste-peintre, qui sont inspirées par son dialogue avec le bambou, avec une prédominance de lignes verticales et de couleurs vives et pétillantes (jaune, vert et bleu).

Dans ses oeuvres, M. El Bekay a utilisé différentes techniques sur papier, tissu et bois, et employé de l’encre de Chine pour créer les tiges et les feuilles de bambou, ainsi que pour décorer les toiles avec des mots en plusieurs langues, invitant les visiteurs à une exploration de la beauté des formes et à une véritable immersion dans un univers empreint de magie et de charme.

« Dans certaines de ces toiles, j’ai utilisé la couleur bleue un peu plus que d’habitude », a déclaré à la MAP, M. El Bekay, expliquant que cette couleur fait référence à la belle ville d’Assilah et à son désir de renouer contact avec elle, environ 15 ans après sa première exposition.

« Il y a certainement une différence entre ma première exposition en 2007 et celle-ci », a-t-il ajouté, notant que les œuvres présentées dans cette exposition sont inspirées de son expérience en Chine et de son dialogue avec le bambou.

Le secrétaire général de la Fondation du Forum d’Assilah, organisatrice de l’événement, Mohamed Benaissa, cité dans le catalogue de l’exposition, a souligné que les créations de cet artiste confirment sa vision entrelacée entre les souvenirs d’enfance et la fascination pour le destin, ce qui explique la composition de ses oeuvres et la force inhérente à leurs couleurs et interactions.

Dans sa recherche incessante d’un équilibre entre le souvenir d’enfance dans son pays natal, le Maroc, et la réalité de son destin dans le pays d’accueil, l’Espagne, M. Benaissa a noté que « les œuvres de Khalid se sont développées au cours de ces dernières années, dans un métissage dominé par la douceur des expressions plastiques, couvertes de couleurs vives et saisissantes ».

Pour sa part, la critique d’art, Raquel Medina, a mis l’accent, dans un article intitulé « Symboles d’identité », sur les techniques utilisées par cet artiste-peintre dans ses créations, notant qu' »il serait impossible pour Khalid El Bekay d’ignorer ses origines marocaines, dont il est fier et auxquelles il demeure fidèle ».

Selon elle, « les origines de Khalid s’imposent à sa mémoire et à son oeuvre », relevant qu’une empreinte incroyable lui sert de source d’inspiration perpétuelle, même si dans son travail un rapport étroit à la culture occidentale est décelé.

Mme Medina a ajouté que, plus récemment, les voyages et séjours de l’artiste en Chine doivent être soulignés, compte tenu de l’impression que les gens vivant là-bas ont exercé sur son travail, car il n’aurait jamais imaginé que la fascination pour la culture de la Chine, ses paysages et l’interprétation de la nature dans l’art chinois seraient autant de facteurs qui pourraient l’affecter si profondément au point de se voir amené à les exprimer en apportant des modifications considérables sur son propre travail.

Elle a précisé, à cet égard, que Khalid a ajouté le caractère vertical de l’écriture chinoise à ces tableaux, en plus de l’écriture horizontale (l’arabe et les écritures occidentales). Né à Casablanca en 1966, Khalid El Bekay, titulaire d’une licence en beaux arts, section gravure, en Espagne, et d’un diplôme de l’Institut national des beaux arts de Tétouan, compte à son actif de nombreuses expositions individuelles et collectives au Maroc, en Espagne, au Koweït, aux Etats-Unis, en Suisse, en Italie, en Chine et en France. Ses oeuvres font également partie des collections publiques et privées de nombreux musées, galeries et institutions marocains et étrangers.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Israël: la Knesset adopte le budget de l’Etat pour 2021, le premier depuis plus de 3 ans

La Knesset a adopté jeudi, vers 5 heures