Le régime vert-kaki n’y voit plus rien

Le régime vert-kaki n’y voit plus rien

- in Politique
483
0

Par Karim Ben Amar

Appelons un chat un chat. Bilal Kaissi et Abdelali Mechouer ont été délibérément assassinés par les gardes-côtes algériens. Quant à Smaïl Snabé, il est retenu en Algérie après avoir été arrêté par les gardes-frontières. Mohamed Kaissi, frère d’une des victimes et rescapé de cette boucherie perpétrée par notre « voisin de l’Est » a témoigné des atrocités auxquelles il a assisté.

Leur seul tort, s’être retrouvés dans les eaux territoriales algériennes lors d’une sortie en jet-ski. Dans un pays normalement constitué, on reconduit les égarés aux frontières de leur pays, mais force est de constater qu’en Algérie, on tire à bout portant sur des vacanciers désarmés.

Il ne faut pas être docteur en Droit pour savoir que le tir de sommation est une obligation universelle. Ce coup de semonce a pour objectif d’intimider mais sans porter de dégâts physiques. En Algérie, ou devrais-je dire au Far-West, la gâchette y est trop facile, quitte à violer le droit international public, l’essentiel est de saigner du Marocain.

Résultat des courses : un double homicide empreint de lâcheté. Ça en dit long et même très long sur le régime des caporaux souffrant d’un profond mal-être, qui perd le peu de bon sens qu’il a lorsqu’il s’agit du Royaume Chérifien. Fidèle à lui-même et pour se conforter dans sa lâcheté, aucune déclaration n’a été faite par le régime vert-kaki.

Inutile de rappeler qu’au Maroc le peuple algérien, est le bienvenu. Nous l’accueillons à bras grands ouverts. Hormis le citoyen lambda, les caciques du régime et leurs familles viennent eux-aussi au Maroc profiter du pays, son littoral, ses hôtels et sa nourriture. Pourtant, nous ne tirons sur personne à bout portant ni à bout touchant. Et cela pour la simple et unique raison que nous sommes un État Nation millénaire et une démocratie qui n’a rien à prouver et encore moins à envier à qui que ce soit, encore moins à un régime autoritaire où  l’arbitraire est encore d’actualité.

Mais après tout, que peut-on espérer d’une dictature militaire en perdition et à bout de souffle qui malmène le brave peuple algérien depuis 1962 ? Que peut-on espérer d’un régime qui vole la révolution de son peuple ? Que peut-on espérer d’un bled cinquantenaire où l’assassinat politique est toujours d’actualité ? Que peut-on espérer d’un état-major qui craint que les secrets détenus par un sous-officier ( Adj/Chef Ghermit Benouira) soient dévoilés au grand jour? Pas grand-chose, si ce n’est une attitude de cow-boy. Mais force est de constater que cette attitude s’applique uniquement face à des vacanciers désarmés.

Tout aussi choquant et aberrant que ces assassinats et la détention abusive d’un innocent, c’est l’attitude indigne de la France et de sa presse qui se prévaut d’être libre.
D’ailleurs, Ni la presse, ni les autorités n’ont communiqué sur les circonstances du décès des deux franco-marocains et de l’arrestation de Smaïl Snabé, lui aussi binational. Alors pour faire simple, de la part de l’Hexagone, s’agit-il de neutralité, de prudence ou de couardise ?

En tout cas une chose est sûre, le Royaume du Maroc à l’air bien plus concerné par le sort de ses ressortissants que le pays qui est censé être celui des Droits de l’Homme. Quant au régime algérien, enlisé dans sa bêtise et son incompétence, il joue plus que jamais avec une flamme ardente. Et oui, le brave peuple algérien mérite tellement mieux !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Émission décryptage – le rendez-vous médiatique citoyen de Abdelaziz Romani

expresstv  L’émission Décryptage du dimanche matin est devenue