Algérie: Une « décennie noire » « s’achève ». Une autre se prépare !… ne constatez-vous pas que le même scénario se répète? Du FIS au Hirak, les architectes de « décennie noire » sont de retour!

Algérie: Une « décennie noire » « s’achève ». Une autre se prépare !… ne constatez-vous pas que le même scénario se répète? Du FIS au Hirak, les architectes de « décennie noire » sont de retour!

- in Enquêtes
128
0
Le génocidaire le général Khaled Nezzar, Il a quitté l’Algérie en fugitif, il y revient avec les honneurs muni d’un passeport diplomatique fraîchement établi, Alors que les Algériens attendaient le retour du président Abdelmadjid Tebboune, qui affirme être en convalescence après sa grave maladie, ce fut l’ancien général Khaled Nezzar, en fuite depuis une année et demie en Espagne, qui a débarqué le 11 décembre dernier à l’aéroport militaire de Boufarik, à bord d’un jet de la présidence algérienne. Après avoir passé en revue un alignement de hauts gradés algériens venus l’accueillir sur le tarmac, et avant même de rejoindre son domicile, Khaled Nezzar est allé directement narguer les juges de son pays. Ainsi, il serait passé successivement au tribunal militaire de Blida pour «déchirer» et fouler aux pieds les documents de sa condamnation à 20 ans de prison par contumace, puis au tribunal de Sidi M’Hamed pour réduire à néant sa condamnation pour blanchiment d’argent, assortie d’un mandat d’arrêt international lancé contre lui. Khaled Nezzar, né le 25 décembre 1937 à Seriana, dans l’actuelle wilaya de Batna en Algérie, est un général major et un homme politique algérien. Khaled Nezzar est le principal artisan du coup d’État qui interrompt le processus électoral qui aurait certainement conduit le Front islamique du salut (FIS), parti islamiste, au pouvoir. Le président Chadli Bendjediddémissionne la veille et un Haut Comité d’État (HCE) est mis en place. C’est le coup d’État des « janviéristes ». De 1992 à 1994, Khaled Nezzar a été l’un des cinq membres de ce Haut Comité d’État (HCE) présidé par Mohamed Boudiaf. Après l’assassinat de ce dernier, le 29 juin 1992, Ali Kafi, représentant du FLN le remplace à la présidence du HCE, dont le général Nezzar reste le principal membre. L’Algérie a connu alors une période de guerre civile qui dura environ 10 ans. Cette guerre civile, fit selon les estimations, entre 60 000 et 200 000 morts ou disparus. Khaled Nezzar échappe à un attentat le 13 février 1993, un fourgon bourré d’explosifs a été mis à feu à distance au passage de son cortège, l’explosion n’a pas fait de victimes. Il se retire de la vie politique à l’arrivée de Liamine Zeroual la même année

o Le Génaral Mohamed Mediène, dit « Toufik « Reb E’dzair (le Dieu de l’Algérie). Mohamed Lamine Mediène dit Toufik, né en 1939 à la Casbah d’Alger, est un général algérien et une personnalité du monde du renseignement .Patron du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) de 1990 à 2015. Il est le haut-gradé algérien qui est resté le plus longtemps à son poste et ayant exercé sa fonction sous cinq présidents.Il est l’un des derniers « janviéristes » qui ont décidé le 11 janvier 1992, l’interruption du processus électoral favorable aux islamistes du Front islamique du salut (FIS) et un des tenants de la faction dure de la classe dirigeante politico-militaire, le « clan des éradicateurs» partisan de l’élimination par la force de tous les terroristes de la branche armée du FIS et opposé à tout dialogue avec eux. Réputé très influent, considéré par certains observateurs comme le véritable chef du régime algérien, il est officiellement démis de ses fonctions par la présidence de la République le 13 septembre 2015 et remplacé par le général Athmane Tartag.Il est arrêté le 4 mai 2019 et condamné à 15 ans de prison par le tribunal militaire de Blida en septembre de la même année avant d’être acquitté le 2 janvier 2021.
Le général Athmane Tartag dit Bachir et surnommé « la chignole » en référence à des rumeurs circulant depuis quelques temps selon lesquelles, il aurait torturé des gens avec cet outil durant les années noires du terrorisme, Né au début des années 1950 à El Eulma, Il est recruté par la Sécurité militaire en 1972 et, après un stage d’une année à Moscou à l’école du KGB, il est affecté à Tindouf dans la 3e région militaire avec le grade de lieutenant.En 1990, il est chargé des opérations au sein de l’état-major à l’intérieur duquel il est connu pour avoir dirigé le Centre principal militaire d’investigations (CPMI). En 1999, à l’arrivée de Bouteflika aux affaires, il est mis à la retraite avant d’être rappelé en décembre 2011, à la tête de la Direction de la sécurité intérieure (DSI). Devenu no 2 du DRS, il assure le commandement de l’intervention militaire lors de l’attaque terroriste du site gazier d’In Amenas, à la suite de quoi il est à nouveau mis à la retraite en juillet 2014.Il est rappelé en octobre de la même année pour occuper le poste de conseiller à El Mouradia, puis en septembre 2015 pour remplacer le général Mohamed Mediène dit « Toufik » à la tête du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), après que ce dernier y a passé plus de vingt ans. Selon les spécialistes, le limogeage de « Toufik » Médiène et la nomination de Athmane Tartag ont été prises par Saïd Bouteflika et s’inscrivent dans un contexte de préparation de l’après Abdelaziz Bouteflika .
Saïd Chengriha, « l’oligarque militaire » qui succède à Ahmed Gaïd Salah à la tête de l’armée
Le général-major Saïd Chengriha est devenu, le 23 décembre, le nouveau chef d’état-major de l’armée nationale populaire (ANP) à la suite du décès d’Ahmed Gaïd Salah. Homme de terrain et novice politique, il hérite d’une « situation inédite et difficile », marquée par un mouvement de contestation populaire inédit.
Saïd Chengriha a été désigné nouveau chef d’état-major par le président fraîchement élu Abdelmadjid Tebboune, quelques heures après le décès du général Ahmed Gaïd Salah, le 23 décembre. « Cette rapidité illustre l’inquiétude de l’armée de ne pas laisser ce poste, essentiel, vacant. C’est un message fort », estime ainsi Karima Direche, historienne et spécialiste de l’Algérie au CNRS.
Homme de terrain et novice politique, celui qui s’est forgé une réputation de dirigeant brutal, voire sanguinaire, durant la décennie noire.
Le général-major Saïd Chengriha promu à 74 ans, marié et père de six enfants, fait en effet partie de ces haut gradés qui ont très probablement du sang sur les mains. C’est en tout cas ce qu’avait dénoncé Habib Souaïdia dans La Sale Guerre (1). Dans cet ouvrage paru en 2001, l’ancien officier exilé en France fait état de massacres de civils perpétrés par l’armée, de vagues d’arrestations opérées par les officiers du renseignement « habillés en civils, ressemblant à des terroristes », de pratiques de torture et de nombreuses exécutions sommaires ordonnées, voire réalisées, par le commandant Chengriha, alors qu’il était sous ses ordres dans les années 1993-1995. En 2002, Habib Souaïdia était condamné à vingt ans de réclusion par contumace pour participation à une entreprise de démoralisation de l’armée et complot portant atteinte à l’intégrité du territoire national.
La discrétion ostensible de Chengriha tranche avec les interventions brutales et les discours volontiers menaçants de Gaïd Salah, à qui les « décideurs » ont reproché d’avoir exposé inutilement l’institution militaire.
Le nouveau chef d’état-major se veut avant tout le garant d’une réconciliation interne à la clique dirigeante, avec l’acquittement en janvier dernier des anciens chefs des renseignements militaires, les généraux Mediene et Tartag, condamnés à 15 ans de prison après la démission de Bouteflika.
Le gouvernement de Sid Ahmed Ghozali, un certain Abdelmadjid Tebboune, qui se mettait à toutes les sauces…
Sid Ahmed Ghozali est nommé le 5 juin 1991, le lendemain de la proclamation de l’état de siège. Les membres de ce gouvernement sont nommés le 18 juin. Le 16 octobre 1991, le gouvernement est remanié.

La « décennie noire » reste un traumatisme profond pour l’Algérie.

En quoi cette tragédie peut-elle nous aider à éclairer le présent et à comprendre une forme d’immobilisme dans l’Algérie politique d’aujourd’hui et de demain?

La poussée électorale du Front islamique du salut (FIS) amène le gouvernement à suspendre le processus démocratique et à décréter l’état d’urgence. C’est le début d’une longue crise :

assassinats,
attentats,
massacres,
disparitions,
répression…

À la fin de 1988, le Front de libération nationale (FLN), parti unique en Algérie dont le pouvoir était resté inébranlé depuis les années 1960, ne semblait plus adapté à la situation. Plusieurs éléments ont mené à une insatisfaction croissante de la population. Tout d’abord, un système de parti unique basé sur la démocratie populaire mais cachant en réalité un régime militaire, touché par la corruption et le clientélisme. En effet, les années 1980 avaient vu trois organes de pouvoir différents : la présidence, le parti et l’armée. Ensuite, les chutes du prix du pétrole en 1986 qui font passer le prix du baril de 30 $ à 10 $. Le gouvernement bénéficiait du prix élevé du pétrole : celui-ci concernait 95 % des exports algériens et 60 % du budget du gouvernement. L’économie planifiée subit de fortes contraintes, avec les pénuries et la montée du chômage. En octobre 1988, des manifestations contre le président Chadli Bendjedid eurent lieu dans toutes les villes algériennes, mettant en avant la montée de l’islamisme parmi nombre de manifestants. L’armée, en tirant sur les manifestants, fit plus de 500 morts et choqua la population par la brutalité de la réponse.

La victoire du FIS aux élections législatives de 1991 crée une véritable division au gouvernement sur la marche à suivre. La véritable question qui se pose est la suivante : doit-on, ou non, accepter de gouverner avec le FIS quand il obtiendra la majorité aux élections législatives ? Le gouvernement est divisé. De son côté, le président Bendjedid pense pouvoir utiliser son statut de Chef d’État pour contrôler et tempérer les éventuels excès des députés du FIS, en fait, il souhaite à tout prix continuer sur la lancée de démocratisation de la société. D’un autre côté, le premier ministre Ghozali ainsi que certains généraux (Nezzar et Belkheir) refusent catégoriquement de laisser le pouvoir législatif aux députés du FIS, ils veulent à tout prix conserver la tradition nationaliste et laïque du régime algérien. Très vite, au début du mois de janvier, les opposants à Chedli Bendjedid, ainsi que quelques chefs militaires décident de couper court au débat et d’imposer leur décision au Président.

La « décennie noire » entre 1991 et 2002

La tragédie  commença en décembre 1991, quand le gouvernement annula immédiatement les élections législatives après les résultats du premier tour, anticipant une victoire du Front islamique du salut (FIS), craignant de perdre le pouvoir et que ce dernier mette en place une république islamique.

Après l’interdiction du FIS et l’arrestation de milliers de ses membres, différents groupes de guérilla islamiste émergèrent rapidement. Le 11 janvier 1992, sous le coup de force de ces généraux et chefs militaires dits « janviéristes », l’armée annula les élections, forçant le président Chadli Bendjedid à démissionner lors d’un discours télévisuel. Le 12 janvier, les généraux « janviéristes » décident de transférer le pouvoir présidentiel à un Haut Comité de Sécurité qui devait servir de comité de conseil présidentiel. Le lendemain, ce comité décide d’annuler les élections législatives et de créer le Haut Comité d’État (HCE) qui est une présidence collégiale opérant jusqu’à la fin du mandat de Bendjedid, en décembre 1993. Le HCE rappelant de son exil le combattant de l’indépendance Mohammed Boudiaf comme nouveau président de la nouvelle autorité politique chargée de diriger l’État : le Haut Comité d’État. Pour les chefs du coup d’État, Boudiaf était le meilleur choix, d’une part par sa légitimité acquise lors de la guerre d’indépendance, et d’autre part, parce que sa réputation n’avait pas été touchée par les crises politiques de l’Algérie indépendante.

Alors qu’il est au pouvoir, Boudiaf se concentre sur trois objectifs. Le premier objectif de Boudiaf est d’ordre économique. Il s’agit de remettre à flot l’économie algérienne. En effet, avec un dette de 25 milliards de dollars, une croissance économique négative et un fort taux de chômage, l’économie algérienne est en grande difficulté. Or Boudiaf est persuadé que la situation économique délétère est le lit de la montée de l’islamisme et du FIS. Il est donc absolument primordial pour le HCE de relancer au plus vite l’économie nationale. En plus de l’économie, le régime a pour second objectif de réorganiser la classe politique algérienne. Boudiaf entend exclure tout parti politique islamiste, au premier plan duquel le FIS, en renforçant l’article de la Constitution qui interdit tout parti politique dont la base idéologique est religieuse. De la même manière, il entend aussi reconquérir l’électorat ayant voté pour le FIS. D’autre part, Il semble nécessaire à Boudiaf de renforcer le régime en légitimant le HCE et le coup d’État de janvier, tous deux rejetés par les trois partis les plus importants sur l’échiquier politique algérien : Le Front des Forces Socialistes (FFS), le FIS et le FLN. Boudiaf tente donc d’attirer dans son gouvernement des membres de chacun de ces partis. De cette manière, des membres modérés du FIS ont obtenu des ministères, ainsi qu’un membre du parti des forces socialistes. Enfin, comme pour accélérer le processus de modernisation, Boudiaf veut créer une organisation populaire comme cadre pour discuter des difficultés rencontrées par le pays, mais aussi comme plateforme de soutien au régime et au HCE. Cette organisation sera créée dès mai 1992 sous le nom de Rassemblement patriotique national. Enfin, le troisième objectif fondamental de la présidence de Boudiaf est le rétablissement de l’ordre et la sécurité pour les Algériens. Pour cela, de nombreux membres du FIS furent arrêtés : 5 000 d’après les rapports de l’armée, 30 000 (incluant Abdelkader Hachani) selon le FIS et 40000 selon les chiffres avancés par Gilles Kepel. Les prisons étant insuffisantes pour emprisonner tout le monde, des camps furent créés au Sahara, et les hommes qui portaient une barbe craignirent de sortir dans la rue de peur d’être arrêtés en tant que sympathisants du FIS. L’état d’urgence fut déclaré, et beaucoup de droits constitutionnels suspendus. Toutes les protestations furent étouffées. Des organisations de défense des droits de l’homme, comme Amnesty International, signalèrent l’utilisation fréquente de la torture par le gouvernement et la détention de suspects sans charges ni procès. Le gouvernement a officiellement dissous le FIS le 4 mars, alors que l’armée concentrait le pouvoir réel malgré les efforts de Boudiaf.

L’assassinat de Mohamed Boudiaf est survenu le 29 juin 1992 lorsque le président algérien Mohamed Boudiaf a été tué par l’un de ses propres gardes du corps, Lambarek Boumaarafi, présenté officiellement comme un fondamentaliste islamique et un sympathisant du Front islamique du salut (FIS), alors qu’il s’adressait à une réunion publique à Annaba qui a ensuite été diffusée par la télévision nationale.

Il a reçu 3 balles, deux dans la tête et une dans le dos. Il a été président pendant cinq mois, après son retour d’exil au Maroc pour régner sur le Haut Comité d’État qui a émergé comme une alternative constitutionnelle.

En 1995, les pourparlers échouèrent et une nouvelle élection eut lieu, remportée par le candidat de l’armée, le général Liamine Zéroual.

L’armée commit une série de massacres visant des villages entiers, avec un pic en 1997 autour des élections parlementaires, qui furent remportées par un parti nouvellement créé favorable à l’armée, le Rassemblement national démocratique (RND).

Une « décennie noire » « s’achève ». Une autre se prépare !

Alors que le pouvoir algérien a essuyé une abstention record lors du référendum constitutionnel censé plébisciter le président Abdelmadjid Tebboune, les perspectives sur le front économique ne sont pas bonnes selon le Fonds monétaire international (FMI) qui prévoit une chute du PIB de 5,5% en 2020.

Les projections portant sur le déficit extérieur courant sont, elles aussi, peu rassurantes avec un solde négatif à -17% attendu cette année.
Ces mauvais chiffres ont déjà impacté l’avant-projet de loi de finances 2021 rendu public la fin octobre. Pour la première fois, le montant des recettes fiscales de l’Etat qui sont de l’ordre de 5328,1 milliards de dinars vont à peine couvrir les dépenses ordinaires de fonctionnement.

Les revenus de l’exploitation du pétrole et du gaz sont en chute libre, en raison de l’effondrement de l’économie mondiale lié à la crise sanitaire.
Le dilemme est clair : pour un prix moyen de 50 dollars le baril de pétrole, les recettes d’exportation du pays ne couvrent que 75% des importations. Or les prix du pétrole oscillent ces derniers mois, plutôt autour des 42 dollars. Ce déficit de la balance commerciale doit alors être comblé par des réserves de change qui seront bientôt épuisées.
Les solutions sont connues: diversifier l’économie, réduire la part du pétrole dans le PIB et développer l’attractivité de l’Algérie. Mais le régime en-est-il capable ?

Mais nombreux sont les sceptiques qui, comme le professeur d’économie Aderrahmane Mebtoul, doutent de la capacité de l’Algérie à attirer les investissements directs étrangers (IDE) en raison de « la bureaucratie, d’un système financier sclérosé et de la corruption ». Aderrahmane Mebtoulne croit pas davantage à la possibilité de récupérer les capitaux qui ont fui le pays.

Le FMI ne cesse d’alerter sur les faiblesses de l’économie algérienne, aggravées par la pandémie mondiale. À l’instar du Venezuela ou de la Libye, le problème de fond reste la trop grande dépendance aux hydrocarbures, faute d’avoir développé une économie diversifiée.

Quelle sont les similitudes ?

Crimes contre l’humanité, été 1997: Qui a tué à Bentalha ?

Pour tous ceux qui, en Europe, avaient été bouleversés par les nouvelles des massacres de l’été 1997, il oblige à se remémorer les termes de la polémique relancée alors autour de la question « Qui tue qui ? », née des doutes sur l’identité des véritables coupables. Pour nombre d’observateurs, cette interrogation était « obscène » : comment pouvait-on poser une question aussi manifestement absurde ? Comment laisser entendre que certains clans de l’armée algérienne auraient pu être responsables de ces déchaînements sanguinaires, alors même qu’ils étaient revendiqués par les groupes terroristes et que les témoignages ne manquaient pas sur l’allure « islamiste » des tueurs ?
comment imaginer que certains des plus hauts responsables des forces armées aient pu froidement planifier les assassinats de masse de centaines de leurs concitoyens ? Cela semble tellement incompréhensible

Kabylie été 2021: un génocide à huis clos… Projet zéro kabyle

Le crime va-t-il s’accomplir face à une communauté internationale silencieuse?

🇩🇿 FLASH – Près de 19 départs de feu ont été recensés en #Kabylie, touchant actuellement 10 communes, les feux s’approchent dangereusement des villages. pic.twitter.com/5gCnNQenvf

Tajmaât (@Tajmaat_Service) August 9, 2021

« Un nettoyage ethnique »

Selon plusieurs défenseurs des droits de l »homme, plusieurs villes incendiés, une étape vient d’être franchie dans la répression dont est victime depuis des décennies les Kabyles.

La politique de la terre brûlée est une tactique reconnue qui consiste à détruire ou à anéantir le plus possible toute récolte, toute infrastructure et toute ressource.

Dans le cas de la Kabylie, on sait que des familles entières vivent de l’agriculture traditionnelle. L’inertie des autorités algériennes, notamment la non-intervention immédiate de l’armée et des pompiers conforte cette hypothèse. Les motifs de tels actes criminels seraient de faire dépendre la Kabylie d’Alger, fragiliser l’économie kabyle, créer une angoisse au sein de la population et créer des conditions d’exode.

Le régime algérien pratique déjà l’asphyxie économique, écologique et culturel de la Kabylie : réduction de 70% du budget destiné à la Kabylie, blocage de tout nouvel investissement, annulation de projets destinés à la Kabylie, délocalisation des infrastructures existantes directement ou indirectement à coups de pressions et de harcèlements fiscaux sur les investisseurs, etc.

Ces efforts de sabotage sont également accompagnés d’implantation de populations arabophones en leur accordant des lotissements et des parcs immobiliers inaccessible à la population locale. De plus en plus de postes administratifs ou autres, au sein des institutions de l’État algérien localisées en Kabylie leur sont également attribués. Tous ces indices pointent dans la direction d’un complot du régime algérien en vue d’éradiquer l’identité authentique amazighe, non-arabe, de la Kabylie.

Qui sont les commanditaires ?

Les massacres des Kabyles se déroulent à huis clos, dans la quasi indifférence de la communauté internationale

La kabylie brûle, Ils veulent exterminer les Kabyles quoique ce soit le prix, système mafieux, pouvoir assassin 💔♥️#Tizi #Kabylie #تيزي_وزو pic.twitter.com/qBadyc4keM

lust_for_life_🇩🇿🇩🇿 (@Mer_zouk_dz) August 9, 2021


La mafia militaro-politico-financière algérienne …. profitant de l’indifférence de la communauté internationale à l’égard des violations des droits humains commises massivement en Kabylie, a commandité une épuration ethnique en lançant une opération de représailles contre la Kabylie désormais assimilés à des terroristes. Plusieurs morts et des  milliers de familles qui  tentent, comme elles le peuvent, de fuir la région pour se réfugier dans les villes voisines. Au total, une centaine d’incendies ont été enregistrés dans plusieurs localités de la wilaya (département) et plusieurs morts.

#Algérie un genocide en cours en Kabylie par les généraux corrompus criminels voyous pic.twitter.com/WBard4yneq pic.twitter.com/SO7iIUFThv

— NEF Freedom (@lejuste2019) August 9, 2021

Revoilà les incendies en Kabylie: De nouveau, la mafia militaro-politico-financière algérienne est pointés du doigt.

A Akfadou à Vgayet et à Thala Guilef et Boughni à Tizi Ouzou, des milliers d’arbres sont déjà dévorés par des flammes ravageuses. De nouveau, la mafia militaro-politico-financière algérienne est pointés du doigt….

Pourquoi en Algérie les incendies ne se déclenchent qu’en Kabylie?
Pourquoi depuis des décennies aucun pyromane n’a été arrêté ?

Au moins un. La raison est claire, c’est la mafia militaro-politico-financière algérienne qui est derrière ces incendies et c’est elle  qui veut massacrer la Kabylie.

Au moment où les Kabyles se mobilisent pour protéger la nature, avec une prise de conscience collective grandissante et agissante, le régime algérien maintien toujours sa politique de la terre brûlée en Kabylie. L’été s’annonce très chaud en Kabylie cette année encore. L’année passée des dizaines de milliers d’oliviers étaient partis en fumée et cette année encore une autre catastrophe similaire s’annonce malheureusement d’ores et déjà.

o Que faire devant cette situation ?
o Qui sauvera les forêts kabyles.

Durant plus de 40 ans, la Kabylie se bat contre la dictature de la mafia militaro-politico-financière algérienne pour son indépendance, sa liberté et la reconnaissance de son identité territoriale, humaine et civilisationnelle.

Le retour des escadrons de la mort


Les militants politiques, les activistes et les défenseurs des droits humains ont dénoncé l’impunité dont jouit Saïd Bensdira depuis son asile en Angleterre. Certains ont lancé une pétition pour son jugement et d’autres ont entrepris des démarches pour déposer plainte contre lui. Ces réactions font suite à l’appel du blogueur à raser la Kabylie, suite aux marches du 20 avril.

Cet appel haineux, qui n’est pas le premier du genre, intervient dans une période où la Kabylie commémore l’assassinat des 128 jeunes tués par la Gendarmerie nationale, en 2001. A l’occasion, Saïd Bensdira a appelé, dans une vidéo sur sa page Facebook, à raser la Kabylie. Cet appel au génocide, qui n’est pas le premier du genre, a secoué la toile.

Des militants ont lancé une pétition pour le jugement du blogueur réfugié en Angleterre. « Saïd Bensdira est un criminel algérien vivant à Londres en tant que faux réfugié politique qui sert toujours la dictature militaire algérienne. Cette pétition vise à obtenir 100 000 signatures pour le poursuivre devant la justice britannique pour avoir constamment appelé à tuer 20 millions d’Algériens et à transformer leurs cadavres en savon », peut-on lire dans la pétition.

Les ingrédients d’une explosion sociale sont réunis

« Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas. »

Depuis le 22 février 2019, des milliers d’Algériens rejettent dans la rue non seulement leur président mais aussi le système politique du pays, lors de manifestations spectaculaires. Le 11 mars, Abdelaziz Bouteflika a renoncé à briguer un cinquième mandat, tout en repoussant sine die l’élection présidentielle.

Une violation de la Constitution qui n’est pas sans rappeler ce qui avait déclenché la « décennie noire » entre 1991 et 2002, épisode dramatique de l’histoire du pays. Le pays avait plongé dans la violence pendant dix longues années à la suite de la suspension d’élections en janvier 1992. Un épisode auquel le pouvoir en place n’hésite pas aujourd’hui à faire allusion pour dissuader les Algériens de manifester.

Le Hirak, ce mouvement de protestation spontané et pacifique contre le système, et qui perdure depuis février 2019 en Algérie.

Les manifestants continuent cependant à se mobiliser afin d’obtenir la mise en place d’une transition et la nomination d’un président et d’un gouvernement de consensus, ce que rejette l’armée, arguant que cette proposition serait inconstitutionnelle et source d’instabilité. L’armée rejette également toute transition, que ce soit en convoquant une assemblée constituante, ou des législatives anticipées, ou tout départ de l’équipe exécutive sortante.

Les hommes actuellement aux commandes de l’Algérie ont montré leur incapacité à faire face au hirak, la mafia militaro politico financière algérienne fait appel aux prestataires (sanguinaires), aux architectes de la « décennie noire »,  afin qu’elle puisse exploiter leur talent en matière de génocide de tortures et actes de barbarie… A suivre

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Journée mondiale du tourisme .. quand le secteur joue un rôle collectif pour parvenir à une croissance inclusive

La Journée mondiale du tourisme, qui est commémorée