Le Courrier international, cet autre hebdo français qui ne craint plus le ridicule

Le Courrier international, cet autre hebdo français qui ne craint plus le ridicule

- in opinions et débats
484
0

Par Saïd Bou-Ayach

1-La presse française barbote dans sa bêtise ! Censée être neutre, libre et critique, voilà qu’elle privilégie le deux poids deux mesures. À croire que cette dernière, autrefois émancipée, est aujourd’hui totalement muselée… mais par qui ? Par le régime en place voyons, à savoir par Manu et les siens !

2-Pendant la catastrophe naturelle qui a frappé le Royaume du Maroc, la grande majorité des journaux « frenchie » se sont déchaînés sur notre pays, qui traversait pourtant une crise (entre temps surmontée grâce à la clairvoyance de Sa Majesté) sans précédent. Publiant des papiers non-équilibrés à tour de bras, l’essentiel étant de casser du sucre sur le Maroc et cela pour une seule et unique raison : ayant un égo surdimensionné, Manu qui se prend pour Napoléon, n’a pas gobé le fait que le Maroc a renvoyé l’aide de la France aux calendes grecques…

3-C’est donc au tour de l’hebdomadaire Courrier international de venir à la rescousse du président imbuvable. Évoquant des « tensions » entre la France et le Maroc, ce journal autrefois crédible fait un commentaire linéaire d’un article paru sur le site électronique marocain Le360.

4-Pour faire l’amalgame et jeter l’huile sur le feu, le Courrier international (à l’image de ses confrères) n’a pas de limite. L’hebdo radote que ce site d’information indépendant dépend du Palais Royal ! Mais qu’est-ce-que nous ne devons pas entendre de la part de cette presse enchaînée ?

5-Le plus rigolo dans ce torchon paru hier sur les colonnes du Courrier international, est la source citée par le journaleux anonyme à l’origine de ce ramassis de conneries… MDR, Il s’agit de Alilou… Autant dire que l’auteur du torchon (non signé) a perdu son temps, mais bon au final, sa source et lui-même roulent pour la même bannière, à savoir les services secrets français…

6-Lorsque les journaux français balancent des caricatures honteuses à tour de bras illustrant Sa Majesté le Roi et Émir des croyants, aucun torchon ne bronche, (de peur de voir les pubs partir en fumée). Aujourd’hui, ils font bloc commun pour défendre Manu, se plaçant ainsi aux antipodes de la déontologie du métier… en pondant des allégations mensongères pour crédibiliser leurs papiers (toilette)…

7-Au final, le métier de journaliste en France n’est plus si noble que ça. Sous le régime autoritaire de la tête à claque nommée Manu, le journalisme a perdu de sa superbe, pire encore de sa crédibilité… Ils ont mis les nobles valeurs de ce métier de côté pour glorifier un président conspué… Cette presse a finalement été achetée par un seul homme, et il ne s’agit pas d’un magnat de la presse… mais plutôt de Macron et les siens. En bon banquier qu’il est, il a su museler la presse française en leur faisant miroiter un billet !

8-Ces journaux à la solde de l’Élysée ont balayé d’un revers de main tout ce que leurs illustres prédécesseurs ont bâti ! Après tout, vos bêtises n’engagent que vous… Si votre crédibilité est à vendre, cela vous regarde. Quant au Royaume du Maroc, sous la Vision Éclairée du Souverain, continuera à honorer ses engagements de progrès, de développement et de rayonnement de notre nation à travers le monde… La solidarité, la réactivité et l’efficacité dont on fait preuve aussi bien les Marocains que les autorités du pays à l’occasion de la gestion du séisme, y ont aussi largement contribué…

9-En somme, à quoi la presse française à la botte de l’Élysée, est-elle parvenue à l’aune de son orchestre cacophonique ? Mis à part de s’offrir en spectacle, perdre sa crédibilité et troubler par leurs conneries et zonzonnements le repos éternel d’illustres journalistes comme Hubert Beuve-Méry, Albert Londres ou encore Émile Zola… eh bah, à que dalle !

 

 

 

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Carte blanche aux artistes émergents de l’ESBAC à Rabat

  Express tv/ Carte blanche aux artistes émergents