« Communiqué conjoint sur la presse : Appels à l’unité et à la préservation des acquis démocratiques »

« Communiqué conjoint sur la presse : Appels à l’unité et à la préservation des acquis démocratiques »

- in Société
95
0

 

Express tv/

 

La Fédération marocaine des médias (FMM),  la Fédération nationale du journalisme, de l’information et de la communication (FENAJIC) affiliée à l’Union marocaine du travail (UMT) et la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) ont tenu, jeudi 25 janvier au siège de cette dernière à Casablanca, une réunion de coordination et de concertation pour passer en revue les différentes problèmes impactant aujourd’hui le secteur de la presse dans notre pays.

 

Après une discussion approfondie et sérieuse concernant les divers aspects de la situation générale du secteur et ses répercussions professionnelles, économiques, sociales et managériales, les instances susmentionnées en ont conclu ce qui suit :

 

– Elles déclarent suivre avec préoccupation et inquiétude le déroulement de l’opération de renouvellement de la carte de presse par la commission provisoire et expriment leur compréhension des protestations des professionnels.

 

– Elles expriment leur étonnement quant à la lenteur avec laquelle les responsables persistent à mener l’opération susmentionnée, et de la faible communication avec les professionnels protestataires ou leur interaction avec leurs doléances pertinentes.

 

– Elles appellent la commission provisoire à publier les listes des bénéficiaires de la carte de presse au cours des cinq dernières années, afin de pouvoir s’assurer de leur totale conformité et l’interaction des professionnels et des organisations professionnelles avec leurs données.

 

– Elles dénoncent une nouvelle fois le fait de ne pas avoir été invitées à participer à la réunion élargie de la commission de la carte comme l’exigent les lois en vigueur et comme il était toujours de coutume.

 

– Elles enregistrent la promulgation par le ministère en charge du secteur d’un décret relatif à l’aide publique et son approbation par le conseil de gouvernement, sans aucune concertation ni discussion préalable avec les organisations professionnelles, ainsi que la décision ministérielle commune relative à ce décret qui devrait être publié.

 

– Elles enregistrent que le décret, promulgué sans aucune concertation préalable, comporte des conditions qui auront des répercussions négatives sur la presse électronique et régionale, ainsi que sur les petites et moyennes imprimeries, et conduira, en conséquence, à la restriction du pluralisme et de la diversité du secteur de la presse dans notre pays.

 

– Elles expriment leur étonnement que les conditions relatives à l’opération de renouvellement de la carte de presse et celles incluses dans le décret d’aide publique soient similaires dans leur déterminant, et de nature à faire disparaître les petites entreprises de presse et régionales, à cibler le pluralisme de la scène médiatique nationale et à pousser de nombreux professionnels vers le chômage.

 

– Tout en appelant les instances réunies à veiller au pluralisme et à la diversité, tels que pratiqués dans l’expérience démocratique marocaine, et à faciliter les opérations de renouvellement de la carte professionnelle afin de préserver la continuité et la stabilité d’un certain nombre d’entreprises et d’emplois de presse, elles soulignent la nécessité de respecter les lois en vigueur dans le Royaume et de s’abstenir de les violer ou de s’attribuer les compétences d’autres institutions.

 

– Les instances professionnelles rappellent que l’existence aujourd’hui d’une commission provisoire est en soi un indicateur d’une dégradation et d’un recul par rapport à l’acquis démocratique incarné par la création de l’institution d’autorégulation en 2018, et appellent, par conséquent, le gouvernement à envisager de sortir de ce provisoire, dans les plus brefs délais, à respecter la loi, l’esprit de l’article 28 de la Constitution et le libre choix démocratique.

 

– Les instances professionnelles réunies renouvellent leur disposition à s’engager dans toute initiative visant à améliorer les conditions matérielles et sociales des ressources humaines et du corps professionnel journalistique, et annoncent leur engagement effectif dans le dialogue en vue de l’élaboration d’un pacte social moderne et concerté, qui assure la mise en place d’une convention collective couvrant le secteur, convenue entre les parties concernées et respectant les lois en vigueur au Maroc.

 

– Elles entameront prochainement le processus de préparation de cette convention entre elles, et veilleront à lancer un dialogue avec toutes les instances professionnelles sérieuses concernées par cette question, et espèrent que toutes les organisations professionnelles de journalistes et d’éditeurs s’engageront avec sincérité dans cet appel pour mettre fin à la division et aux tensions entre les professionnels, qui n’ouvrent aucun horizon à la profession ni aux professionnels.

 

– Tout en enregistrant ces positions, les instances professionnelles réunies expriment leur étonnement quant à l’absence de tout véritable dialogue de la part du ministère en charge du secteur, de sa persistance dans la pratique de l’exclusion et de la discrimination, et d’absence d’initiatives visant à rassembler et à unifier le corps professionnel.

 

– Au même moment, les instances réunies s’étonnent que ce soit la commission provisoire qui a été chargée de demander des mémorandums et des avis relatifs aux réformes juridiques concernant le secteur. Outre la manière dont la commission provisoire l’a annoncé et la méthode de la mise en œuvre de ce dialogue, la logique aurait été que ce soit le ministère qui mène ce dialogue avec les organisations professionnelles et lorsque les consensus nécessaires seront réunis, le gouvernement s’engage avec l’institution législative à parachever la procédure d’approbation des lois, conformément à la pratique démocratique.

 

Après avoir convenu de tous les points discutés, les instances réunies se sont une nouvelle fois félicitées de leur coordination et de leur action commune et ont annoncé que leur initiative est ouverte à toutes les organisations professionnelles sérieuses et crédibles, en vue de l’unité et du rejet de la division.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

« Premier Sommet académique Arabe sur l’Eau : Entre culture, héritage et solutions pour l’avenir »

  Express tv/ La Faculté des Sciences-Université Mohammed